A Corinna n°II

Musique de Chambre

A Corinna n°II

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

Pour l’heure, dans l’église de Saignon, c’est l’oeuvre de Bruno Ducol Á Corinna, qui est à l’affiche du premier concert du Quatuor Bela, quatre garçons épatants autant que discrets, mettant leur talent au service de la musique avec une fluidité de jeu et une homogénéité de son exemplaires.
Féru d’Antiquité grecque et rythmicien fervent, dans la droite lignée de son maître Olivier Messiaen, Bruno Ducol rend hommage dans son quatuor à cordes à Corinna, poétesse grecque  contemporaine de Pindare, à qui l’on attribue l’invention de nouveaux rythmes. Ce sont eux qui tressent l’écriture du quatuor, dans une combinatoire aussi raffinée que secrète. La pièce d’un seul tenant alterne fulgurances rythmiques et plages plus étales, renouvelant d’autant les couleurs et les textures dans un spectre souvent très déployé. La constellation des pizzicati crépitants sous les doigts des interprètes dans la partie centrale est somptueuse dans l’acoustique généreuse de l’église, qui met idéalement en valeur le geste souple et inventif d’une écriture dont Ducol fait ployer les lignes avec une élégance toute singulière.
Michèle Tosi, resmusica, 28-08-2015

 

BRUNO DUCOL, A CORINNA II, 5 diapasons

Composées entre 2014 et 2016, les œuvres au programme sont le fruit d’une résidence à l’abbaye de La Prée [...] Le même goût pour les pizzicatos et tapping [que dans Adonaïs] côtoie dans le quatuor à cordes A Corinna II une légère tendance expressionniste pouvant rappeler Berg […] Les discrètes interventions chantées des musiciens renforcent l’ambiguïté des sources. Sans partager le penchant du compositeur pour le parlé-rythmé, on reste sous le charme durable d’une musique sans faux-semblant.                                    Pierre Rigaudière, Diapason, janvier 2021.