Bruno Ducol

Prochainement

"Tout le jaune se meurt" création de la nouvelle version avec Laura Holm, CNSM de Paris, 18h

Publications d'œuvres récentes

"Hymne au Soleil" pour flûte et trio à cordes
"
A Corinna", N° 2, pour quatuor à cordes
"
Adonaïs", pour voix et quatuor à cordes
"Estampes du désir", pour 7 voix et cithare (ou harpe)

"Les Feux du Fuji", pour voix, koto, 2 percussions et MAO
Éditions Musicales EMR., RUBIN

En préparation :
"Espaces etnéens", 5 pièces pour piano et percussion
"
Atitlan, en bleu et cendres", pour 1 chanteuse soliste (Camille), 8 voix mixtes, 4 percussions et DEA (textes de B. Ducol)



La "Revue du conservatoire"
"Le cri et autres échos de l'antique "kainotomia"". Aspects musicologiques et anthropologiques du cri à travers un antique "Ajax" de Timothée de Milet, et des œuvres de Varèse, Xenakis et Ducol. Numéro 4 de la "Revue du conservatoire", Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. (18 déc. 2015).
Janvier / février
Etudes de rythme, (extraits) par Jonas Vitaud, ISSOUDUN,
LISIEUX, etc.
24 février
"Horizons vertigineux " par Louise Bessette, Radio-Canada
Mercr. 20 avril Création de "Tout le jaune se meurt" d'après "Les Fenêtres" de Guillaume Apollinaire. Ens. 32, soliste Chieko Hayashi (mezzo-soprano), Gotanda Bunka Center, 6-5-1, Nishigotanda, Shinagawa-ku TOKYO - JAPON

Jeudi 26 avril

Reprise de "Tout le jaune se meurt" d'après "Les Fenêtres" de G. Apollinaire. Ens. 32, soliste Chieko Hayashi (mezzo-soprano),
TOKYO -
Ryogoku-Monten Hall, 1-3-9, Murasawa Building 1-1F, Ryogoku, Sumida-ku, - JAPON


Samedi 30 avril Etudes de rythme, (extraits) par Jonas Vitaud, "Nuit du piano", Opéra de Toulon
Mercredi 9 mai
à 19h30

"Estampes du désir", sur un livret original de Gilbert Lascault, pour 7 voix, harpe et kroupéza. Création de la nouvelle version (2017). Ensemble vocal Apostroph’,  France de la Hamelinaye (direction). Auditorium du CMA Paul Dukas, 51, rue Jorge Semprùn, 75012 PARIS, tél.01 43 47 17 66


Les Feux du Fuji (2018), création mondiale. Texte et musique de Bruno Ducol, d’après un mythe fondateur du Japon, pour 2 voix, 1 kôto, 2 percussions, choeur virtuel (MAO).
Auditorium du CMA Paul Dukas, 51, rue Jorge Semprùn, 75012, tél.01 43 47 17 66
Lundi 14 mai
à 19h00


"Estampes du désir", sur un livret original de Gilbert Lascault, pour 7 voix, harpe et kroupéza. Création de la nouvelle version (2017). Ensemble vocal Apostroph’,  France de la Hamelinaye (direction).
Les Feux du Fuji (2018), création mondiale. Texte et musique de Bruno Ducol, d’après un mythe fondateur du Japon, pour 2 voix, 1 kôto, 2 percussions, choeur virtuel (MAO).
Salle Mozart du CRD, 34, rue Henri-Sellier, 18000 Bourges, tél. 02 48 48 13 60
Samedi 22 août
à 20h
Création de "Adonaïs" pour voix et quatuor à cordes. Festival International de quatuors à cordes du Luberon, Église de CABRIÈRE D'AVIGNON, Laura Holm (soprano) et le quatuor Béla.
Samedi 8 octobre
"Le jour naissait à peine", pour 1 cor (David Guerrier) et 3 chœurs (ensemble Britten), d'après un texte original de Florence Delay, dirigé parNicole Corti. CHAMBÉRY, Espace André Malraux.
Samedi 12 novembre "Le jour naissait à peine", pour 1 cor (David Guerrier) et 3 chœurs (ensemble Britten), d'après un texte original de Florence Delay, dirigé parNicole Corti. FIRMINY, Église Saint-Pierre (Le Corbusier).
6 décembre
15 décembre "Tout le jaune se meurt" avec Laura Holm, hôtel Maleteste, Dijon, 20h30

 


Photo Guy Vivien (2002). Tous droits réservés

 

Le Coryphée : Les choses divines ont bien des aspects. Souvent les dieux accomplissent ce qu'on n'attendait pas. Ce qu'on attendait demeure inachevé. À l'inattendu les dieux livrent passage.

Euripide, Les Bacchantes

 

J’ai toujours aimé et admiré Bruno Ducol, parce qu’il possède un courage assez rare à notre époque : je veux dire qu’il entreprend et termine de grandes œuvres, des ouvrages de longue haleine – le fait mérite d’être signalé ! Mais il ne suffirait pas d’aligner 300, 400, 500 pages d’orchestre, si la qualité n’était pas à la hauteur de ces grandes dimensions. Or la musique de Bruno Ducol est précisément d’une très belle qualité …

Olivier Messiaen (1978).