Hymne au soleil

Musique de Chambre

Hymne au soleil

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

HYMNE AU SOLEIL,

un CD Klarthe, 5 diapasons

Composées entre 2014 et 2016, les œuvres au programme sont le fruit d’une résidence à l’abbaye de La Prée […] Dans l’Hymne au Soleil, multiphoniques, bisbigliando, slaps installent des sons diffractés que la flûte de Julie Brunet-Jailly manie avec le plus grand naturel et qui s’immiscent sans peine dans le spectre des trois cordes, d’autant que les discrètes interventions chantées des musiciens renforcent l’ambiguïté des sources. Sans partager le penchant du compositeur pour le parlé-rythmé, on reste sous le charme d’une musique sans faux-semblant.
Pierre Rigaudière , Revue Diapason, janvier 2021.

 

Hymne au Soleil pour flûte et trio à cordes est adressé au Quatuor Helios (du nom du Dieu grec du soleil) qui en assure la création en 2015. La flûtiste Julie Brunet-Jailly est aux côtés des Béla dans cette invocation faisant référence au « Poïkilon » des Grecs. Le terme, explique le compositeur, désigne « l’infinie variété des lumières et couleurs qui émanent du soleil ». Flûte et cordes fusionnelles engendrent un riche nuancier de timbres et de textures quand le mètre grec, le Pean en l’occurrence, gouverne la structure. Les vers (ceux de Mésomède de Crète) sont scandés par les musiciens dans la langue du poète, conférant à la musique sa part de mystère et de magie primitive. Michèle Tosi, Des-musica, janvier 2021.


La flûte de Julie Brunet-Jailly appelle en douceur un trio à cordes pour chanter ensemble un Hymne au Soleil (2015) imaginé dans l’esprit des Grecs observateurs des couleurs sans cesse renouvelées du rayonnement lumineux. Là encore (comme dans les autres opus ici présents), est convoquée la voix des musiciens, parlée ou scandée. Bertrand Bolognesi, Anaclase, mai 2021.