Orchestre

Une griffure de lumière

Notice
Partitions
Enregistrements

Commande de Radio-France
Concerto pour piano, percussion et grand orchestre, Op. 36
Madrid, Orchestre ORCAM, dir. José Ramon Encinar,
solistes : Jean-Claude Pennetier, Jean Geoffroy
(2009)

durée : 26' ca

L’art se trouve dans la nature,
et celui qui est capable de le lui arracher,
celui-là le possède.


Albrecht Dürer




Bruno ducol - Photo Isabelle de Rouville (d.r.)

 


Le titre de cette œuvre emprunte le mot de Roland Barthes qui voyait dans le Haï-ku (petit poème japonais), des traces de pinceau à la fois subtiles et légères dont « le sens n’y est qu’un flash, une griffure de lumière ».

À l’image du Haï-ku, mes pictogrammes musicaux, indéfiniment repris et variés, articuleront des formes de dialogue multiples. Un peu à la manière de Monteverdi, ce « concerto » propose toutes sortes d’échanges et alliages instrumentaux construisant ou brisant parfois tel ou tel motif de l’orchestre ou des solistes. Mais c’est en se déployant dans l’espace que s’épanouissent véritablement les tracés et couleurs de cet ouvrage. Comme dans le premier baroque, des effets d’écho ou de contrastes dynamiques associent parfois aux timbres et à l’environnement ambiants un autre plan concertant. Des vibrations de piano par exemple ou des effets harmoniques mêlés aux métaux de percussion produisent des illusions acoustiques à peine audibles. N’est-ce pas ici comme dans le Haï-ku la clé d’autres champs, utopiques, fantastiques, mythiques ?

Tout en explorant le même matériau, Une griffure de lumière enchaîne 5 parties qui pourraient refléter les étapes d’un dialogue entre l’homme et la nature (une nature volcanique qui m’intrigue depuis de nombreuses années) :

I – Les feux de l’île. Santorin ou la Sicile, Java ou La Réunion, mais aussi les îles tout aussi volcaniques de Circé, de Calypso, de Prospero ….

II – Trémor. Les vibrations du « trémor » dans le conduit magmatique, émettent des sons en très basse fréquence et signent l’imminence d’une éruption.

III – Le voile des songes. Quand le paysage se couvre de fumerolles, tous les espaces concrets s’évaporent.

IV – Le noir trouble des corps … gyrocéphale. Le volcan est un corps plein de secrets et d’attraits : sa bouche, ses  cheveux en torsade le long des flancs, ses grondements, sa respiration haletante, ses vapeurs et ses écoulements …

V – Les domaines d’Héphaïstos. Un mythe antique nous révèle qu’Héphaïstos aurait forgé la première femme dans le ventre de l’Etna …
Tout ceci n’est que rêves de Haï-ku, certainement fantasmes d’utopistes. Mais, sans les utopistes « toute humanité, toute espérance auraient depuis longtemps disparu de notre planète » (Jean Ziegler). 
B.D. 08-11-08.

 

1 Commandée par Radio-France, cette œuvre est dédiée à Jean-Claude Pennetier et Jean Geoffroy. Editions J.P. Rubin, 2010.