Musique de Chambre

Espaces etnéens

Notice
Partitions

Presse

Etudes rythmiques pour piano et percussion OP. 411


Mont Ethna depuis Taormine 1843 by Thomas Cole

 

Détachés de tout aspect dramaturgique (contrairement par exemple à Alpaya), les Espaces etnéens se présentent comme de nouvelles études de rythme. Epaulé par le volcanologue Fred Lécuyer, j’ai pu sonder un peu plus profondément les entrailles d’une nature aussi riche qu’explosive. Riche de strates et agencements rythmiques toujours nouveaux. Les écrits d’Haroun Tazieff (à qui j’emprunte mon titre) ont quant à eux orienté mes investigations non seulement sur la topographie constamment mouvante de l’Etna, mais aussi sur des instants poétiques quasi fabuleux. Entre laves ruisselantes et fumées étourdissantes, les grandes figures mythiques, d’Héphaïstos et les Cyclopes jusqu’à Amphion et Empédocle, ne cessent de hanter ces lieux.


I – La Bocca Nuova

Véritable tuyau d’orgue de 350 mètres de long sur à peine 8 mètres de diamètre, la Bocca nuova, jouxtant le cratère de la Voragine, exhala à plusieurs reprises en 1968 un anneau de fumée, fascinant comme la vulve d’Aphrodite… [La Bocca] délivrait des souffles rugissants, dont chacun dardait verticalement une flamme qui au haut de sa course se divisait, bifide et diabolique, vivante, eût-on dit. Ces souffles, au nombre de dix à quinze par série, se répétaient à intervalles d’une seconde sept dixièmes exactement, régularité déconcertante dans l’univers chaotique, tumultueux et presque démentiel d’un volcan en éruption […] [2]

A l’instar de cette Nouvelle bouche qui métamorphosa les « espaces etnéens » en quelque dix huit mois, ce 1er mouvement lance des salves qui se scindent en nœuds et ventres, avant de se dilater peu à peu jusqu’à produire une rumeur assourdissante. On peut imaginer Typhon (Encélade) écrasé sous l’Etna exhalant des souffles enflammés et remuant terre et ciel pour se libérer de l’outrage divin


II – Al Val del Bove (il sofio del Gigante)

Des vents d’une extrême violence jouent dans l’immense amphithéâtre du Val del Bove, balayant ses gradins tantôt noirs de magnétite, tantôt rouges d’hématite, avant de s’étendre parfois sur de larges lits jaunes de soufre. Au travers de rafales fluides et ondulantes, le 2e mouvement des Espaces etnéens transforme imperceptiblement ses appuis rythmiques et découvre parmi des brèches de silence, des sonorités stupéfiantes comme le sentiment de précarité qui vous saisit quand se manifestent les divinités chtoniennes.

III - La Torre del Filosofo
La Torre del filosofo, conserve les traces d’Empédocle, philosophe et brillant homme politique (Ve s. av. J.C.) qui abandonna ses charges et honneurs pour installer un observatoire parfaitement à l’abri des projectiles, sur la lèvre d’un cône proche du sommet de l’Etna. Si aujourd’hui la Torre s’est presque effacée sous des monceaux de cendres, en revanche perdure la mystérieuse légende du philosophe qui, fasciné par ce ventre du monde, aurait plongé au cœur du volcan avant de renvoyer ses sandales. Le calme et les étranges résonances de ces espaces m’a inspiré ces arabesques qui s’étirent comme un rideau de fumées bleutées, sur un fond hypnotique quasi monochrome, serein.

IV – Bulles de lave

Les jeux phonétiques (sur les seuls noms de volcans) auxquels s’adonnent les interprètes qui superposent leurs tempi, se mêlent aux instruments pour approcher et apprivoiser ( ?) en les imitant – comme des appeaux - les rumeurs bouillonnantes du volcan.

V – Les Secrets d’Héphaïstos

Comme la considérable énergie qui anime les diverses strates, du noyau igné jusqu’à la croute terrestre, chaque instrument  effectue, ici chacun à son rythme, sa propre trajectoire, tout en contribuant à la cohésion d’un ensemble quasi volcanique lui aussi. J’ai imaginé des polyrythmies capables de rivaliser avec les inventions d’Héphaïstos, le grand forgeron etnéen qui, jaloux de son épouse, aurait réussi à capturer Arès et Aphrodite en leurs ébats, grâce aux mailles invisibles qui les retinrent alors sur sa couche de lave…

B.D., 21 – I - 12

1 Cette œuvre, dédiée à Jean Geoffroy et Jean-Claude Pennetier, est publiée chez Rubin éd., Lyon, 2012
2 Haroun Tazieff, L’Etna et les volcanologues, Arthaud, Paris 1972, p.128 et sq.