Ensembles vocaux

Le cri

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

Le cri de Bruno Ducol

[...] jaillit comme un geste de révolte, avec la violence et l’obsession qui l’accompagnent. Hommage à Ingrid Bétancourt, Le cri op. 34 de Bruno Ducol, sur un texte de Dominique Dubreuil, amplifie jusqu’au malaise la portée de ces voix dont les mots résonnent en différentes langues, celles des tortionnaires et victimes mêlant leurs timbres multiples dans une spirale de la peur assez saisissante.
(Michèle TosiResmusica. 9 juillet 2007)



CD L’écrit du cri

Harmonia Mundi, 2009

Comme Honegger, auteur d’un oratorio intitulé Cris du monde, Bruno Ducol se penche avec son librettiste Dominique Dubreuil, sur la violence de l’oppression politique, adoptant pour cela le biais d’une théâtralité assumée : les chanteurs deviennent clairement des personnages, même si ces personnages peuvent être ambigus. Le personnage principal, un «narrateur», un «je», une subjectivité (une conscience), est incarnée par le contre-ténor. Autour de ses soli interrompus par des appels au secours («Help!», «Zu Hilfe!», «Socorro!»), la pièce «met en scène» un monde polyglotte de tortionnaires et de victimes, en un contrepoint libre, suffisamment aéré pour que chaque phrase soit entendue, et méditée. Ducol joue sur les nuances extrêmes, proposant dès le premier solo un réseau d’échos, un cri étant souvent prolongé par une note tenue aux limites de la douceur, dont laa suavité met en valeur la violence qui l’a précédée.
Vincent Bouchot, jacquette du CD L’écrit du cri Harmonia Mundi, 2009

L'Écrit du Cri

Comment donner de la voix, des voix même, à la peinture emblématique d'Edgar Münch ? Chacun imagine son chemin en la matière. Par exemple en puisant dans le savoureux répertoire de la Renaissance [...] Ou encore en interrogeant l'immense réserve née de la Grande Guerre ... A côté des classiques, frôlant au passage Vincent Scotto, on ne peut éliminer l'inspiration la plus sombre, celle des moments tragiques de notre dernier siècle et les convulsions d'un monde en guerre. Sur un poème, déjà musique lui-même, de Dominique Dubreuil, Bruno Ducol a bâti une étrange polyphonie avec les cris des victimes de la torture. Parvenu à la limite du sadisme, le cri se fait pourtant lumière en quelques notes. L'Ensemble Clément Janequin, grâce à la diversité de ses registres, se montre à la hauteur de cette curieuse "fricassée". (Philippe Andriot, juin 2009)


L'Écrit du Cri

[...] Bruno Ducol, lui, avec la pièce la plus longue du disque, théâtralise ces cris et nous en jette plein les oreilles. Propos violents, propagande ou appels à l'aide : les cris sont ici magnifiés, sublimés. Ajoutons que l'Ensemble Clément Janequin s'adapte avec merveille [...] les textes sont toujours donnés avec une diction parfaite et compréhensible, l'intonation toujours juste, les onomatopées jamais grossières ... (Rodolphe Bruneau-Boulmier - Classica, oct. 2009)