Pièces solistes

Les sons s’enroulaient dans l’air comme des nuages en fuite

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

Extrait


Odile Renault, Reims 1995

 

Pièces solistes

Les sons s’enroulaient dans l’air comme des nuages en fuite

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

pour flûte seule, Op. 24 1
Commande d’Etat, Soliste Odile Renault (1994)


durée : 3'42''

Le titre de cette pièce volé à Li T’ai-Po2
évoque les lignes courbes et sinueuses
passerelles fragiles et tortueuses
qui disent ce qu’évite
la droite arrogante :

des volutes en continuelles
extension
des noeuds de fumée qui
voilent et dévoilent dedans et dehors
leur jeu secret
dans un balancement obstiné.



B.D. 04-01-94.

1 Création à Reims 1995. Soliste et dédicataire, Odile Renault. Éditions Alphonse-Leduc, Paris, 1995.
2 La légende raconte que le poète chinois Li T’ai-Po (701-762) s’est noyé par une nuit d’ivresse, en voulant saisir un reflet de la lune, dans les eaux du Fleuve Bleu
.

 

 

Pièces solistes

Les sons s’enroulaient dans l’air comme des nuages en fuite

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse


retour haut de page

 

Pièces solistes

Les sons s’enroulaient dans l’air comme des nuages en fuite

Notice
Partitions
Enregistrements
Presse

“Cette pièce, inspirée d’un texte chinois de Li T’aï-Po, pourra être travaillée par des élèves en début de troisième cycle et constituera une bonne approche du répertoire virtuose contemporain. Les traits ne sont ni nombreux ni très longs, mais exigent une parfaite souplesse. Assez courte et datant de 1994, l’oeuvre utilise également les glissandi, quarts-de-ton et quelques multiphoniques (les doigtés sont indiqués). Destinée à débuter et à s’achever dans un “balancement” lent et obstiné, elle aidera les étudiants à développer leur aisance dans ce genre de littérature en même temps que leur contrôle rythmique. La partie centrale est plus difficile mais peut éventuellement être abrégée. Un détail : la dernière note est un si grave (le seul de toute la partition), et l’auteur “exige un instrument adéquat” ...
Revue La TRAVERSIÈRE - octobre 1995.